Créer un site internet

Santé & liberté(s) ...

  • Une société devenue régie par l'irrationnel ?

    " Face au covid, il existe un dilemme fondamental entre liberté et santé, entre la sévérité des restrictions et le nombre de vies sauvées. Le rôle des pouvoirs publics est de trouver le bon compromis, à la faveur d’analyses coûts-bénéfices.

    Or, depuis dix-huit mois, un certain nombre de biais et d’erreurs systématiques de raisonnement faussent la rationalité des décisions et favorisent la mise en place de restrictions excessives."

    Le texte de Samuel Fitoussi est une application des travaux de psychologie cognitive au cas de la gestion de l’épidémie. 

    => https://www.contrepoints.org/2021/08/11/403080-covid-comment-lirrationalite-sest-emparee-de-nos-societes

    Lire la suite

  • Guide juridique pour la liberté vaccinale (Ligue Nationale Pour la Liberté des Vaccinations)

    • avis juridiques de plusieurs cabinets d’avocats
    • modèles de courrier à adresser aux employeurs ou aux institutions
    • « rappel à la loi » vis-à-vis de toute personne qui obligerait à la vaccination ou interdirait l’accès à un lieu, comme les hôpitaux
    • mémo récapitulatif à joindre aux courriers, réalisé par Me de Araujo-Recchia

    => https://www.infovaccin.fr/06-08-2021-guide-juridique.html

    Document en pdf => guide-juridique-pour-la-liberte-vaccinale-guide-juridique-pour-la-liberte-vaccinale.v1.0.pdf

  • Garder la tête froide en dehors des polémiques ...?

    Au-delà du débat “pro ou anti” vaccin de manière générale, une vaccination génique anti-covid rendue obligatoire, généralisée et sans distinction n'est pas médicalement valablement justifiable, surtout avec une nouvelle technologie jamais encore utilisée chez l'humain.

    L'Autorisation de Mise sur le Marché conditionnelle (AMMc) des vaccins géniques n'enlève pas le fait que ceux-ci sont encore en phase expérimentale:

    • sur le plan de l'immunogénicité (évaluation de la "mémoire immunitaire" et donc du besoin ou non de dose.s de rappel et à quelle fréquence)
    • sur l'impact du vaccin génique sur l'incidence et la mortalité de la Covid, à moyen terme (mois) et à long terme (années)
    • sur l'innocuité à long terme (il n'y a actuellement que 8 mois de recul depuis l'AMMc et la réalisation de la 1ère vaccination grand public)

    L'évaluation médicale d'une balance bénéfice/risque, en particulier pour un "médicament biologique" tel qu'un vaccin, doit être individualisée en plus de tenir compte des recommandations générales.

    Nous ne disposons pas en France de vaccins anti-covid classiques de type antigénique (dont le mécanisme est connu et validé depuis longtemps même s'il n'a pas encore été mise en oeuvre pour des coronavirus). Le vaccin antigénique de Sanofi sera peut-être disponible en France avant fin 2021 et actuellement la Commission Européenne vient de conclure un contrat d'achat anticipé avec le laboratoire Novovax qui a élaboré un vaccin selon le même principe que celui de Sanofi. Le vaccin antigénique franco-autrichien Valneva est disponible au Royaume-Uni mais pas en France.

    Devant ce qui m'apparait un manque de prudence généralisé, je continue de m'interroger et les résultats des recherches que j'effectue me font m'interroger encore plus quand je vois le décalage qu'il y a entre le discours officiel qui n'a pas de pondération, les données chiffrées publiques de divers organismes officiels (tant sur le nb de cas de malades, que le taux de mortalité, que du type et du nombre d'effets secondaires des vaccins, que de l'activité des vaccins à moyen et long terme, en particulier sur les vaccins) et diverses affirmations contradictoires plus ou moins référencées.

    Il ne s'agit pas de banaliser l'épidémie de Covid-19. En cas de symptômes de type Covid (que la personne soit vaccinée ou pas), il est important d'instaurer une surveillance du taux d'oxygène (mesuré par un capteur, oxymètre de pouls ou saturomètre, au niveau d'un doigt) et d'avoir l'avis d'un professionnel de santé, surtout en cas de co-morbidités pouvant justifier un traitement par corticoïdes, anticoagulants et/ou autre.s principes actifs et/ou la réalisation d'examens complémentaires (prise de sang, radio, scanner).

    Si vous êtes amené.e à vous faire vacciné.e, il est judicieux en cas de doûte sur une infection Covid préalable de faire réaliser une sérologie SARS-CoV-2 prévaccinale avec le dosage des anticorps anti-protéine N (+/- anti-S) (*). En effet, après une infection par le SARS-CoV-2, la plupart des personnes développeraient une réponse immunitaire objectivable par la production d’anticorps dirigés contre le virus (les anticorps produits sont des anticorps "anti-N" dirigés contre les protéines de nucléocapside et "anti-S", "anti-S1/RBD" dirigés contre la protéine de surface du virus).

    Si vous avez été vacciné.e et que ressentez des symptômes (autres qu'une réaction locale), telle que jambes lourdes, maux de tête, gêne respiratoire, palpitations, irrégularité du rythme cardiauque, nausées/vomissements,  etc.) il est adapté de consulter un médecin et de faire réaliser une prise de sang (en particulier le dosage des D-dimères).

    Au besoin, selon la situation post-vaccinale, des tests de dépistages peuvent être indiqués dans les 14 jours suivant la vaccination (du fait du risque majoré de contracter la Covid du fait de la présence d'anticorps dits facilitants). En cas de doûte sur une infection Covid post-vaccinale précoce non levé par un test antigénique et/ou par PCR, une sérologie (recherche d'anticorps naturels, au plus tôt vers le 15ème jour, idéalement après 21 jours) pourrait être à envisager dans certaines situations particulières, la 2ème injection après un Covid "post-vaccinal" précoce n'étant pas justifiée (comme en post-covid "classique").

    (*) Mise à jour le 21/08/21 

    • Après une infection par le SARS-CoV-2, la plupart des personnes développent une réponse immunitaire objectivable par la production d’anticorps dirigés contre le virus. Les Ac produits sont des Ac dirigés contre les protéines de nucléocapside (anti-N) et contre la protéine de surface du virus (anti-S, anti-S1/RBD).
    • Après une vaccination contre la Covid-19 avec les vaccins actuels (ARNm ou extrait synthétique de la protéine S), seuls les anticorps anti-S, anti-S1 et anti-RBD apparaissent, les épitopes de la protéine N n’étant pas intégrés dans les formulations et donc non présentés au système immunitaire.

  • Protection des soignants, propositions juridiques en cas d'hésitation ou de refus

    " Face à l’instauration du pass sanitaire et à l’obligation vaccinale sous-jacente, il est important de rappeler en liminaire que vous avez toujours la possibilité d’opter pour la vaccination en votre âme et conscience et, si vous le faites, avec un consentement libre et éclairé. Toutefois, si vous souhaitez vous donner le temps de la réflexion face aux multiples interrogations existantes, voici ce qu’il est possible de faire."

    => propositions-de-protection-a-destination-des-soignants-vd.pdf

  • Quid des situations non prévues dans la mise en application du pass sanitaire ?

    Une absence de précision relevée par Le Collectif AVOCATS SANTÉ ET LIBERTÉ, celle d'une "4ème catégorie du passe sanitaire pour les personnes vulnérables ne pouvant entrer dans les trois premières situations" 

    " Les personnes étant dans l’impossibilité de se faire vacciner en raison de leur état de santé, sans pour autant relever des cas de contre-indications prévus par les vaccins, ne bénéficient pas de dérogation possible à l’obligation de présenter un test PCR de moins de 48 heures. Il s’agit notamment des personnes :

    • ayant eu un COVID dit long 
    • n’ayant pas supportées la première dose de vaccin 
    • ayant une pathologie qui leur interdit de se faire vacciner 
    • ne pouvant se voir pratiquer les tests naso-pharyngés comme les personnes souffrant de troubles psychiatriques"

     

  • Conflit d'intérêt du Président du Sénat et non compétence du Ministre de l'Education en matière de protocole Santé

    Me BRUSA de Réaction19

    290721 – Direct 19h50 – On ne lâche rien…..et tout le monde y passe ! Infos droit ! => https://reaction19.fr/reaction19-webtv/video-webtv/

  • " crises sanitaires et outils numériques : répondre avec efficacité pour retrouver nos libertés "

    SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2020-2021 Enregistré à la Présidence du Sénat le 3 juin 2021
    RAPPORT D’INFORMATION FAIT
    au nom de la délégation sénatoriale à la prospective sur les crises sanitaires
    et outils numériques : répondre avec efficacité pour retrouver nos libertés,

    Par Mmes Véronique GUILLOTIN, Christine LAVARDE et M. René-Paul SAVARY, Sénateurs

    " Le présent rapport, quoi qu’il en soit, ne propose ou ne défend aucun
    outil numérique en particulier. Il considère, précisément, que de tels choix abstraits n’ont guère de
    sens, et que le recours à une technologie ou à une autre doit s’apprécier au
    cas par cas, en fonction de la situation, et au regard des restrictions
    apportées aux libertés « physiques ». En revanche, il est nécessaire de nous
    préparer dès maintenant à toutes les possibilités, car nul ne sait de quoi
    seront faites les prochaines crises. Si nous ne nous préparons pas, nous ne
    pourrons que subir – subir les conséquences d’une crise sans avoir les outils
    pour la combattre, ou subir ces outils que d’autres auront développés à notre
    place, sans pouvoir alors défendre nos valeurs. "

    => http://www.senat.fr/rap/r20-673/r20-6731.pdf

    Lire la suite

  • Dispositions " anti-covid " et outils juridiques actuels

    " Mesdames, Messieurs,

    Je suis désolée de ne pas pouvoir répondre à l'ensemble des demandes, que je reçois actuellement.

    Je vous prie de bien vouloir trouver ci-dessous, un ensemble d'éléments juridiques non exhaustifs susceptibles de vous aider à résoudre les problématiques rencontrées personnellement ou professionnellement concernant le pass sanitaire ou l'injection qui serait rendue obligatoire dans le cadre du projet de loi en cours de discussion au Parlement.

    Ces éléments peuvent être transmis aux avocats qui défendront vos droits, si nécessaire et en toute humilité bien entendu. "

    => cf. document récapitulatif ci-dessous

    Le 23 juillet 2021

    Me DE ARAUJO-RECCHIA

    Avocat à la Cour de Paris

    Lire la suite

  • Pour la liberté

    " Une nouvelle forme authentique de résistance pacifique est en train d’émerger. "

    " Des personnes du monde entier se réunissent le même jour pour une marche pour la paix et la liberté.  "

    " Il s’agit simplement de partager des valeurs communes. "

    " (...) aspiration commune à se connecter les uns aux autres et à faire de la liberté et de la paix les nouveaux fondements d’une société mondiale. "

    Lire la suite

  • Obéissance par soumission

    " Quand un choix se fonde sur des allégations mensongères, il ne peut être qualifié de volontaire."

     

    En ce qui concerne les vaccins géniques anti-covid:

    • la balance bénéfices/risques ne sera connue qu'en 2022 ou 2024 selon les produits

    • il n'est pas prouvé que la vaccination interrompte la circulation du virus, ni qu'elle n'est pas susceptible de sélectionner des variants

    • ils sont issus d'une nouvelle technologie (il ne s'agit pas de vaccins antigéniques classiques) et ne disposent que d'une autorisation de mise sur le marché conditionnelle

    • lorsqu’il y a un effet indésirable précoce après une vaccination anti-covid, dans 28% des cas il est grave 

    • les effets secondaires à long terme sont inconnus car aucune étude de génotoxicité ou de cancérogénicité n'a pas été réalisée

    Lire la suite

  • Le recours à la Question Prioritaire de Constitutionnalité

    COMMUNIQUE DE PRESSE DE MAITRE PHILIPPE KRIKORIAN
    LUTTE CONTRE LA PANDEMIE COVID-19 ET LIBERTE AU-DELA DE LA LOI : TANT QU'IL Y AURA DU DROIT !

    => communique-de-presse-de-maitre-philippe-krikorian-tant-quil-y-aura-du-droit-pdf-du-16.08.2021-17h43.pdf

    Lire la suite

  • Le recours au Conseil d'Etat

    " Dans un Etat de droit, le dernier rempart, c’est la justice. Lorsque l’exécutif s’est fourvoyé et que le pouvoir législatif lui a accordé sa confiance, c’est au juge que revient le dernier recours, celui par lequel la vérité est rétablie. Or le pouvoir exécutif lui-même s’est effacé en 2020 derrière un conseil consultatif dont le rôle assumé était de « construire la pensée de la santé publique » et de statuer, aux termes du Code de Santé Publique, sur une « catastrophe sanitaire ». Le Conseil d’Etat, ultime juridiction administrative, a tout d’abord préféré reproduire cette confiance en fondant toutes ses ordonnances, elle aussi, sur ses avis. Ainsi les trois pouvoirs, en théorie indépendants les uns des autres, se sont provisoirement rangés comme un seul homme derrière un Conseil Scientifique qui devait démontrer rapidement des failles béantes dans lesquelles s’engouffrèrent des intérêts privés supranationaux à la façon d’un cheval de Troie. Ces failles ont fait l’objet d’une analyse juridico-scientifique présentée le 6 mars au Conseil d’Etat sollicité, parce qu’irremplaçable, pour examiner les avis du Conseil scientifique à la lumière de révélations connues depuis : c’est le dernier rempart et il est en train de céder. 

    Voici l’argumentaire synthétisé de ce recours qui sera très prochainement publié dans son intégralité. "

    Lire la suite