Créer un site internet

PEG (et oxyde de nano-graphène ?) dans les injections d'ARNm des "vaccins" anti-covid : réalité ? innocuité ou dangerosité ?

Comment s'y retrouver ? Le procédé associant PEG et oxyde de graphène existe bien.

" Un hydrogel est un gel dans lequel l'agent gonflant est l'eau. La matrice d'un hydrogel est généralement un réseau de polymères. Ces derniers sont insolubles dans l'eau, mais sont capables de gonfler substantiellement en présence d'une grande quantité d'eau ou de solutions aqueuses telles que les fluides biologiques." Wikipédia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Hydrogel

Le PEG (Poly-éthylène glycol) permet la fabrication d'hydrogels ayant la faculté d'absorber les liquides corporels environnants et donc d'imiter les propriétés des tissus organiques. 

Ceci fait l'objet de travaux de recherches concernant les interfaces neuronales utilisées pour étudier la structure du cerveau et identifier des maladies neurologiques voir emême de les traiter in situ (ces interfaces, artificielles, sont peu biocompatibles car leurs propriétés diffèrent de celle du tissu cérébral organique mais cette difficulté est contournée grâce à l'utilisation d'hydrogel). Cf. article "Une interface cerveau-machine flexible à base d’hydrogel": https://news.fr-24.com/sante/75386.html

Les hydrogels peuvent être naturels ou à base de précurseurs synthétiques (dans ce cas, la cytotoxicité peut être un problème même s'ils présentent des caractéristiques mécaniques et chimiques plus faciles à contrôler) tels que ceux à base de poly-éthylène glycol ou PEG (un des excipient des "vaccins" géniques anti-covid).

Ainsi, il parait "logique" qu'un hydrogel à base de PEG puisse être utilisé dans le cadre d'injection de principes actifs de synthèse (non organiques, ce qui est le cas de l'ARNm dans les "vaccins" anti-covid) afin que ceux-ci ne soient pas reconnus comme des corps étrangers et donc ne soient pas détruits par le système immunitaire peu de temps après. Dans les vaccins Pfizer et Moderna, l'ARNm non réplicatif codant pour la protéine Spike du SARS-CoV2 est inséré dans une nanoparticule lipidique contenant du polyéthylène glycol (PEG) mais il n'est pas fait mention d'oxyde de graphène (GO) dans leur composition. Cependant, dans les produits susceptibles de provoquer du "magnétisme" (cf. billet Vaccins et champs électromagnétiques sur ce blog), c'est bien l'oxyde de graphène qui en a les propriétés ... (cf. propriétés magnétiques plus loin).

Le procédé existe (hydrogels dans lesquels sont intégrés de l'oxyde de graphène ou GO)

" Nanofeuillets d'oxyde de graphène décorés de polyéthylène glycol (PEG) pour l'administration de curcumine à libération contrôlée " (2019)

Résumé " De nos jours, l'utilisation de nanostructures dans divers domaines médicaux et biologiques, comme l'administration de médicaments dans le traitement du cancer, est en augmentation. Parmi les nanostructures, l'oxyde de graphène (GO) est un excellent candidat pour l'administration de médicaments en raison de ses propriétés uniques. Pour plus de stabilité, le GO peut se lier à divers polymères par ses groupes fonctionnels carboxyle, hydroxyle et époxy. (...) "

Conclusion " (...) En raison de la valeur et du signe des charges de surface, l'activité phagocytaire dans la circulation sanguine sera retardée. Cela suggère que le nanocarrier que nous avons conçu est un matériau biocompatible et qu'il peut être employé dans des systèmes d'administration de médicaments, à la fois in vitro et in vivo. Enfin, les résultats de la libération ont confirmé que le médicament libéré dépend du pH et que la quantité de curcumine libérée par le GO PEGylé est plus importante dans un environnement basique. Il a été constaté que 50% de la curcumine immobilisée sur le nanocarrier a été libérée après 96 heures à pH 5,5, tandis qu'à pH 7,4, la libération est de 60%."

=> https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2405844018388170

***

" Hydrogels incorporant de l'oxyde de graphène pour des applications biomédicales " (2020) 

" Le graphène et les dérivés du graphène (par exemple, l'oxyde de graphène (GO)) ont été incorporés dans des hydrogels afin d'améliorer les propriétés (par exemple, la résistance mécanique) des hydrogels classiques et/ou de développer de nouvelles fonctions (par exemple, la conductivité électrique et le chargement/délivrance de médicaments). Des interactions moléculaires uniques entre les dérivés du graphène et diverses petites ou macromolécules permettent la fabrication de divers hydrogels fonctionnels appropriés pour différentes applications biomédicales. Dans cette mini-revue, nous mettons en lumière les progrès récents réalisés dans le domaine des hydrogels incorporés de GO pour les applications biomédicales, en nous concentrant sur leurs utilisations spécifiques en tant que matériaux mécaniquement résistants, échafaudages/électrodes électriquement conducteurs et véhicules d'administration de médicaments à haute performance. "

41428 2020 350 fig1 html

=> https://www.nature.com/articles/s41428-020-0350-9

***

Des hydrogels injectables, à la fois anti-inflammatoires et conducteurs à base d'oxyde de graphène et de polyéthylène glycol sont en cours d'expérimentation pour la réparation de lésions de la moelle épinière. NB: l'hydrogel est chargé de diacéréine (anti-inflammatoire) pour minimiser la réponse inflammatoire et empêcher la formation d'un microenvironnement inhibiteur. C'est la conductivité de ce produit (grâce aux nanoparticules d'oxyde de graphène qu'il contient) qui  favorise la croissance des neurones et la remyélinisation des axones. => Injectable, anti-inflammatory and conductive hydrogels based on graphene oxide and diacerein-terminated four-armed polyethylene glycol for spinal cord injury repair (2020)

 

 

Propriétés magnétiques du Graphène

  • Une première : du graphène rendu magnétique (2013), "on vient de le doter de propriétés ferromagnétiques en le fonctionnalisant, comme disent les chimistes " => https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/physique-premiere-graphene-rendu-magnetique-50195/
  • Comment les nanostructures de graphène deviennent magnétiques (2019), " Jusqu'à présent, cependant, des nanostructures de carbone stables, couplées antiferromagnétiquement à température ambiante, n'étaient que théoriquement prévues. Maintenant, pour la première fois, il a été possible de reproduire une telle structure et de montrer que la théorie correspond réellement à la réalité. (...) A l'avenir, la spintronique pourrait non seulement permettre une miniaturisation plus poussée des circuits électroniques, mais aussi des éléments de commutation électriques aux propriétés entièrement nouvelles. " => http://admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-77463.html et = > https://www.empa.ch/web/s604/topological-frustration 

  • Libération magnétique de médicaments à partir de nanocarriers en graphène (§) - nanocarriers = chaines de nanoparticules ou nanoporteurs - (extrait de la publication mentionnée au paragraphe suivant) - DDS = Drug Delevery System = système d'administration de médicaments, NPs = Nano Particules, GO = oxyde de graphène - "Les nanoparticules magnétiques ont fait l'objet d'une grande attention dans le domaine de l'administration de médicaments. En raison de la perméabilité adéquate des champs électromagnétiques dans le corps, elles peuvent être utilisées comme stimuli externes pour libérer les médicaments dans les DDS. Afin d'accumuler et de délivrer un médicament localement, un aimant est placé près du site de traitement souhaité, comme les tumeurs, à l'aide d'outils spéciaux comme un morceau de fer conique ou des chaussures polaires typiques. En effet, les NPs magnétiques peuvent indirectement améliorer l'efficacité thérapeutique des DDS à base de GO par une accumulation supplémentaire de NPs chargées de médicaments dans la zone ciblée ou par une amélioration synergique de la destruction des cellules grâce à l'effet d'hyperthermie magnétique. Il a été démontré que les PEG-GOs décorés de NPs d'oxyde de fer (IONP-GO-PEG) se rassemblent là où ils sont affectés par un champ magnétique externe. (...) " => https://www.dovepress.com/applications-of-graphene-and-graphene-oxide-in-smart-druggene-delivery-peer-reviewed-fulltext-article-IJN - Autres extraits de l'article: 1 - " un système d'administration de principe actif a été réalisé en combinant des NPs magnétiques, du PEG, du chitosan et des nanofeuilles de GO (mGOC-PEG), avec une livraison contrôlable et sensible au pH) "; 2 - " les matériaux à base de graphène à l'échelle nanométrique ont également été largement utilisés pour concevoir des systèmes d'administration de médicaments ciblés et sensibles aux stimuli externes (tels que la température, la lumière, les ondes ultrasonores, les champs magnétiques et électriques), des stimuli internes (tels que le pH, l'oxydoréduction et les enzymes) ou des systèmes d'administration de médicaments multi-stimuli-sensibles permettant une administration intelligente et contrôlée de médicaments avec une bioactivité plus élevée, un meilleur contrôle temporel et spatial à des doses plus faibles d'agents thérapeutiques, ainsi qu'une réduction de la toxicité et d'autres effets secondaires indésirables. "; 3 - " un certain nombre d'études sur les nanoparticules à base de graphène stimulable sont passées en revue en fonction des types de stimulus environnementaux (c'est-à-dire pH, redox, température, champ magnétique et lumière). Pour un meilleur jugement, une liste de quelques études remarquables avec leurs avantages et inconvénients est présentée dans le tableau 1."

Extrait du tableau 1 cité: avantages et limites de certaines études remarquables publiées sur les nanoparticules d'oxyde de graphène fonctionnalisées concernant PEG-CO

Capture d e cran 2021 08 01 a 13 38 48

Avantages = pas de perte d'activité biogique, pas d'hydrolyse enzymatique, compatibilité cellulaire in vitro

Limites = nécessite de faire des études sur le repliement des protéines, sur l'inflammation et sur l'impact cellulaire in vivo

Porteurs/médicaments/gènes = protéine ribonucléase A (*)

(*) La ribonucléase A est une ribonucléase pancréatique bovine, extraite de l'espèce Bos taurus. Cette enzyme, une endonucléase qui clive l'ARN monocaténaire, est l'un des sujets d'études classiques en sciences des protéines https://fr.wikipedia.org/wiki/Ribonucl%C3%A9ase_pancr%C3%A9atique_bovine

 

  • Des chercheurs ont identifié une nouvelle forme de magnétisme dans le graphène magnétique  (2021), " Des chercheurs ont identifié une nouvelle forme de magnétisme dans le graphène magnétique. Elle pourrait notamment permettre de comprendre la supraconductivité dans ce type de matériau inhabituel. Les chercheurs, dirigés par l’université de Cambridge, ont pu contrôler la conductivité et le magnétisme du thiophosphate de fer (FePS3), un matériau bidimensionnel qui passe d’un isolant à un métal lorsqu’il est comprimé. Cette classe de matériaux magnétiques offre de nouvelles voies pour comprendre la physique des nouveaux états magnétiques et de la supraconductivité. " => https://trustmyscience.com/graphene-magnetique-forme-nouveau-type-magnetisme/ 

Applications biomédicales du graphène

  • Le graphène, un matériau qui va transformer notre univers (2013), " Aéronautique, médecine, télécommunications, production d’énergie…, le graphène sera présent dans tous les domaines de notre vie, et la rendra plus facile." " Il s’agit d’un matériau transparent, extrêmement mince (le plus fin possible), très léger (0,77 milligrammes au mètre carré), imperméable, élastique, flexible et, en même temps, incroyablement résistant. Le graphène est le meilleur conducteur d’électricité connu à ce jour et, de plus, il se trouve en abondance dans la nature, ce qui le rend bon marché. ""Des applications médicales, comme la mise au point de nouveaux vaccins contre le cancer et de capteurs à tatouer sur les dents pour détecter des pathologies." => http://www.inmesol.fr/blog/le-graphene-un-materiau-qui-va-transformer-notre-univers
  • Des biocapteurs infrarouge au graphène (2017), " La biodétection est largement utilisée en médecine, biologie, science des matériaux, chimie et dans plusieurs autres domaines. En utilisant le graphène, des chercheurs financés par l'UE ont amélioré les fonctionnalités et les performances des biocapteurs infrarouge. Les capteurs infrarouge sont particulièrement utiles dans la recherche car ils permettent d'obtenir des informations chimiques de façon non destructive, tout en évitant tout marquage." => https://www.techno-science.net/actualite/biocapteurs-infrarouge-graphene-N16003.html
  • Le graphène: le matériau superstar (2018), " le matériau le plus fin et le plus léger qui soit, 200 fois plus résistant que l’acier et plus conducteur que le cuivre ; il est enfin transparent, déformable et sans reflet. Ce qui en fait sa particularité c’est qu’il couple trois propriétés essentielles : la transparence, la conductivité et la flexibilité. "" Les applications biomédicales du graphène ne manquent pas : administration de médicaments ou thérapies géniques. L’exemple de l’utilisation du graphène pour l’amélioration des biocapteurs est intéressant. Des chercheurs suisses ont ainsi fabriqué un biocapteur infrarouge au graphène qui, grâce à ses propriétés propres, offre une plus grande sensibilité et une meilleure sélectivité spectrale des plasmons de graphène. Outre les secteurs de la biologie et de la chimie, l’utilisation de ces biocapteurs nouvelle génération pourrait se faire également dans les domaines industriels, la sécurité alimentaire ou encore l’environnement. " => https://www.unitec.fr/wp-content/uploads/2018/09/Note-de-Veille-Le-Graph%C3%A8ne.pdf
  • Applications du graphène et de l'oxyde de graphène dans l'administration intelligente de médicaments et de gènes : Le monde est-il encore plat ? Résumé " Le graphène, un matériau merveilleux, a permis des développements considérables dans de nombreux domaines différents tels que la science des matériaux, l'électronique, la physique condensée, la physique quantique, les systèmes énergétiques, etc. Depuis sa découverte en 2004, des études approfondies ont été menées pour comprendre ses propriétés physiques et chimiques. En raison de ses caractéristiques uniques, il est rapidement devenu un candidat potentiel pour les chercheurs en nano-bio afin d'explorer son utilisation dans des applications biomédicales. Au cours de la dernière décennie, des efforts remarquables ont été consacrés à l'étude de l'utilisation biomédicale du graphène et des matériaux à base de graphène, en particulier pour l'administration intelligente de médicaments et de gènes ainsi que pour la thérapie du cancer. Inspirés par un grand nombre d'intégrations réussies de matériaux à base de graphène dans le domaine biomédical, nous résumons ici les développements les plus récents concernant les applications du graphène en biomédecine. Dans cet article, nous passons en revue les dernières avancées des matériaux à base de graphène dans les applications d'administration de médicaments, en particulier l'administration ciblée de médicaments et de gènes, l'administration de médicaments antitumoraux, la libération contrôlée et stimulante de médicaments, les applications de thérapie photodynamique, l'imagerie optique et le théranostic. Nous examinons également les tendances futures et les défis à relever dans ce domaine afin de fournir des perspectives pour les recherches futures. " Extrait "Libération magnétique de médicaments à partir de nanocarriers en graphène", disponible dans paragraphe précédent (§)

    => https://www.dovepress.com/applications-of-graphene-and-graphene-oxide-in-smart-druggene-delivery-peer-reviewed-fulltext-article-IJN

De l'oxyde de graphène dans des vaccins ?

Selon Karen Kingston, ancienne employée de Pfizer, " Le graphène peut conduire l'électricité. Lorsque le graphène a une charge positive, il détruit tout ce avec quoi il entre en contact. Pour le moment, les particules sont chargées de manière neutre. S'il est activé par un champ électromagnétique, des dommages et la mort peuvent en résulter. Cela dépend du nombre de nanoparticules présentes dans le corps et de leur emplacement."

Site Internet du uncutnews ("nouvelles et informations indépendantes") => https://uncutnews.ch/ehemaliger-pfizer-mitarbeiter-bestaetigt-ja-es-gibt-graphenoxid-im-corona-impfstoff-und-das-ist-der-grund/

Modifié le 04 août 2021 (suite à échanges avec un collègue dont le pseudo est Mr "G") => il semblerait qu'il y ait une confusion dans les propos de Karen Kingston entre l'oxyde de graphène (GO) et des nanoparticules lipidiques artificielles "à tête positive" (qui n'existent pas sous forme naturelle qui sont toutes à "têtes négatives", les lipides à "tête positive" étant destructeurs pour les membranes cellulaires). NB: article cité par Karen Kingston " Sans les enveloppes lipidiques, il n'y aurait pas de vaccins ARNm pour COVID-19. Les fragiles molécules d'ARNm utilisées dans les vaccins COVID-19 ne peuvent pas pénétrer dans les cellules par elles-mêmes. Elles doivent leur succès à des nanoparticules lipidiques qu'il a fallu des dizaines d'années pour perfectionner. " Article en anglais => https://cen.acs.org/pharmaceuticals/drug-delivery/Without-lipid-shells-mRNA-vaccines/99/i8 (sujet à approfondir, voir autre article sur le blog => Les nanoparticules lipidiques des "vaccins" géniques à ARNm sont-elles sûres ?)

***

L'oxyde de graphène fonctionnalisé sert de nouveau nano-adjuvant vaccinal pour une stimulation robuste de l'immunité cellulaire (2016)

Résumé " Grâce à leurs propriétés physico-chimiques uniques, les dérivés du graphène ont attiré une grande attention en biomédecine. Dans cette étude, nous avons soigneusement conçu l'oxyde de graphène (GO) comme adjuvant vaccinal pour l'immunothérapie en utilisant l'uréase B (Ure B) comme antigène modèle. (...) Le polyéthylène glycol (PEG) et différents types de polyéthylèneimine (PEI) ont été utilisés comme polymères de revêtement. (...) le GO-PEG-PEI peut servir de vecteur d'antigène pour transporter efficacement les antigènes (...). Ces deux avantages permettent au GO-PEG-PEI de servir de nouvel adjuvant de vaccin. Dans les expériences in vivo qui ont suivi, comparé à l'Ure B libre et au vaccin à base d'aluminium utilisé en clinique (Alum-Ure B), GO-PEG-PEI-Ure B induit une immunité cellulaire plus forte par administration intradermique, ce qui suggère des applications prometteuses dans l'immunothérapie du cancer. Notre travail présente non seulement un nouveau nano-adjuvant vaccinal très efficace à base de GO, mais il met également en évidence les rôles essentiels de la chimie des surfaces pour la conception rationnelle de nano-adjuvants. "

NB: dans le cas présent le GO a été inclus dans 2 polymères (PEG et PEI) alors que concernant les vaccins à ARNm il s'agirait d'une inclusion dans un seul polymère (le PEG) et les injections ont été réalisées en intradermique et pas en intramusculaire.

=> https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/26814441/

L'oxyde de graphène est-il toxique ?

Le graphène, une menace pour la santé et l’environnement (2013)

" Des études ont ensuite été réalisées dans des boîtes de Pétri avec des tissus de poumon humain, de la peau et des cellules immunitaires. Toutes confirment les simulations informatiques et indiquent que des feuilles de graphène de seulement 10 micromètres peuvent percer puis être englouties par les cellules vivantes. " " De là à dire que le graphène est un promoteur des mutations ADN et du cancer, il n’y a qu’un pas." "Il va donc s’agir de « dompter » le graphène pour une utilisation contrôlée, voire de le modeler pour limiter sa toxicité. Agnes Kane déclare ainsi : «La grande chose au sujet des nanomatériaux est que vous pouvez les concevoir pour qu’ils aient des propriétés désirables spécifiques »." " Ces études de toxicité du graphène sont en fait un prélude à l’élaboration de méthodes sûres de fabrication et une utilisation contrôlée tout au long de son cycle de vie. " " Dans cette optique, seuls les nanomatériaux ont cette « malléabilité » qui permet de modifier leurs propriétés. « Grâce à la modélisation informatique, nous espérons modifier ces matériaux pour les rendre moins toxiques. »" 

=> https://www.silicon.fr/le-graphene-une-menace-pour-la-sante-et-lenvironnement-87943.html

***

Toxicité des nanoparticules de la famille du graphène : revue générale des origines et des mécanismes (2016)

Résumé " En raison de leurs propriétés physico-chimiques uniques, les nanomatériaux de la famille du graphène (GFN) sont largement utilisés dans de nombreux domaines, notamment dans les applications biomédicales. Actuellement, de nombreuses études ont examiné la biocompatibilité et la toxicité des GFNs in vivo et in intro. En général, les GFNs peuvent exercer différents degrés de toxicité chez les animaux ou les modèles cellulaires en suivant différentes voies d'administration et en pénétrant à travers les barrières physiologiques, puis en étant distribués dans les tissus ou localisés dans les cellules, pour finalement être excrétés hors du corps. Cette revue rassemble des études sur les effets toxiques des GFN dans plusieurs organes et modèles cellulaires. Nous soulignons également que plusieurs facteurs déterminent la toxicité des GFNs, notamment la taille latérale, la structure de surface, la fonctionnalisation, la charge, les impuretés, les agrégations et l'effet corona. En outre, plusieurs mécanismes typiques sous-tendant la toxicité des GFN ont été révélés, par exemple, la destruction physique, le stress oxydatif, les dommages à l'ADN, la réponse inflammatoire, l'apoptose, l'autophagie et la nécrose. Dans ces mécanismes, les voies dépendantes des récepteurs TLR (toll-like receptors), du facteur de croissance transformant β (TGF-β) et du facteur de nécrose tumorale alpha (TNF-α) sont impliquées dans le réseau de voies de signalisation, et le stress oxydatif joue un rôle crucial dans ces voies. Dans cette revue, nous résumons les informations disponibles sur les facteurs de régulation et les mécanismes de toxicité des GFNs, et nous proposons quelques défis et suggestions pour de futures investigations sur les GFNs, dans le but de compléter les mécanismes toxicologiques, et de fournir des suggestions pour améliorer la sécurité biologique des GFNs et faciliter leur large application. "

Extraits " Des études ont confirmé que la fonctionnalisation avec des groupes PEG (...) diminue largement la toxicité et améliore la biocompatibilité du graphène. (...) l'enrobage de PEG atténue efficacement les lésions tissulaires aiguës induites par le GO (oxyde de graphène), diminue l'agrégation et la rétention du GO dans le foie, les poumons et la rate, et favorise l'élimination du GO (...). In vitro, plusieurs tests de fonction cellulaire ont montré clairement que la fonctionnalisation de la surface du graphène pur ou du GO était essentielle pour réduire les effets de forte toxicité. PEG-GO,(...) ont moins endommagé les cellules de fibroblastes de poumons humains que GO. Le PEG-GO n'a présenté aucune cytotoxicité envers plusieurs cultures cellulaires, comme les cellules de glioblastome, les cellules de cancer du sein, les cellules de carcinome ovarien humain, les cellules de cancer du côlon et les cellules lymphoblastoïdes, à des concentrations allant jusqu'à 100 μg/mL. (...) Cependant, en tant que matériau non biodégradable avec un grand potentiel d'internalisation cellulaire, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour évaluer les éventuels effets indésirables à long terme du graphène fonctionnalisé.

NB: pour le GO seul, il s'agit de test fait sur des cellules non cancéreuses alors que pour le PEG-GO il s'agit de tests faits sur des cellules cancéreuses ... qui n'ont pas le même métabolisme que des cellules saines ... (!)

" Les nanomatériaux ont une propension à former des agrégats plutôt que des unités individuelles, en particulier dans des conditions physiologiques. "

Conclusion " Au cours des dernières années, les GFN ont été largement utilisés dans un large éventail de domaines technologiques et biomédicaux. Actuellement, la plupart des expériences se sont concentrées sur la toxicité des GFN dans les poumons et les foies. Par conséquent, les études sur les lésions cérébrales ou la neurotoxicité méritent une plus grande attention à l'avenir. De nombreuses expériences ont montré que les NGF ont des effets secondaires toxiques dans de nombreuses applications biologiques, mais il est urgent d'étudier en profondeur les mécanismes de toxicité. En outre, les résultats contrastés concernant la toxicité des GFN doivent être abordés par des méthodes expérimentales efficaces et des études systématiques. Cette revue fournit une vue d'ensemble de la toxicité des NGF en résumant la toxicocinétique, les mécanismes de toxicité et les facteurs d'influence et vise à fournir des informations pour faciliter la recherche approfondie sur l'hémocompatibilité et la biocompatibilité in vitro et in vivo des NGF à l'avenir. Cette revue aidera à répondre aux problèmes de sécurité avant les applications cliniques et thérapeutiques des GFNs, ce qui sera important pour le développement futur des GFNs dans les applications biologiques."

=> https://particleandfibretoxicology.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12989-016-0168-y

***

Le graphène est-il sûr? (2019)

" Comme pour toute nouvelle technologie, les inconvénients potentiels doivent être pris en compte très tôt. Dans le passé, ces enquêtes étaient souvent menées trop tard. Par exemple, l'amiante, autrefois apprécié pour ses propriétés ignifuges, a été utilisé au début du 20e siècle pour fabriquer de nombreux produits, mais les risques pour la santé n'ont été découverts que progressivement. En 1970, les fibres d'amiante ont été officiellement classées cancérigènes. "

" Un article de synthèse complet a été publié à mi-parcours du projet phare sur le graphène, qui relie les données produites dans le cadre du grand projet de recherche international à d'autres études publiées et montre ainsi l'état actuel des connaissances en matière de sécurité des matériaux à base de graphène. Des partenaires de 15 universités et instituts de recherche européens, dont les chercheurs de l'Empa Peter Wick et Tina Bürki, ont participé à cette étude. L'article donne un aperçu du moment où des parties de matériaux à base de graphène peuvent pénétrer dans l'environnement ou dans le corps humain pendant leur cycle de vie : pendant la production, l'utilisation, le vieillissement ou dans le processus d'élimination ou de recyclage."

" La majorité des études évaluées ont été consacrées à la question de l'interaction des matériaux à base de graphène avec le corps humain. Il s'agit notamment des différentes façons dont les substances peuvent pénétrer dans l'organisme, par exemple par inhalation, ingestion ou contact cutané, ainsi que de la distribution et de l'interaction avec des organes importants tels que le système nerveux central, les poumons, la peau, le système immunitaire, le système cardiovasculaire, le tractus gastro-intestinal et les organes reproducteurs."

=> https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-73908.html

L'étude signalée est la suivante, publiée en 2018 : Safety Assessment of Graphene-Based Materials: Focus on Human Health and the Environment; ACS Nano (2018), 12, 10582−10620. DOI: 10.1021/acsnano.8b04758

Évaluation de la sécurité des matériaux à base de graphène : Focus sur la santé humaine et l'environnement

(GBM = matériau à base de graphène)

Résumé " Le graphène et ses dérivés sont présentés comme des matériaux "miracles" ayant de nombreuses applications dans différents secteurs de la société, de l'électronique au stockage de l'énergie en passant par la médecine. L'exploitation croissante des matériaux à base de graphène (GBMs) nécessite une évaluation complète de l'impact potentiel de ces matériaux sur la santé humaine et l'environnement. Nous abordons ici la synthèse et la caractérisation des GBM ainsi que l'évaluation des dangers pour l'homme et l'environnement des GBM en utilisant des systèmes modèles in vitro et in vivo dans le but de comprendre les propriétés qui sous-tendent les effets biologiques de ces matériaux. Tous les GBM ne sont pas identiques et il est essentiel de démêler les relations structure-activité pour cette classe de matériaux. "

Nn 2018 04758s 0010ACS Nano 2018, 12, 11, 10582-10620

Conclusion " Avec la présente revue, nous avons tenté de donner un aperçu de l'état de l'art de l'évaluation des dangers des GBM pour l'homme et l'environnement et de souligner l'importance de comprendre les relations structure-activité qui sous-tendent la toxicité potentielle de ces matériaux. Pour cela, nous devons "connaître les matériaux". De plus, il est tout aussi important d'utiliser des tests robustes et validés pour les essais toxicologiques en ce qui concerne la santé humaine et la sécurité de l'environnement. En outre, alors que la recherche sur les GBM doit aborder les questions pertinentes pour l'évaluation des risques, des études sont également nécessaires pour aborder les aspects fondamentaux de leurs interactions biologiques. A cette fin, les approches de biologie systémique fournissent un moyen de disséquer les mécanismes sous-jacents aux effets néfastes des GBM tout en apportant des informations supplémentaires sur le comportement de cette classe de biomatériaux dans les systèmes vivants.
Le présent aperçu de la littérature a montré que, bien que l'évaluation des dangers des GBM arrive à maturité, avec un nombre toujours croissant d'études portant sur l'impact potentiel des GBM sur les systèmes vivants, des lacunes subsistent encore dans les données, ce qui empêche la prédiction de la toxicité sur la seule base des propriétés matérielles des GBM. En effet, nous avons montré que pour certains paramètres sélectionnés, on peut commencer à voir un modèle (prévisible) d'effets, mais il est également clair que l'espace chimique du graphène et de ses dérivés n'a pas encore été entièrement exploré. Cependant, on peut espérer qu'à mesure que ce cadre est alimenté par des études supplémentaires, idéalement en utilisant des bibliothèques de GBM, ou en tout cas en utilisant des GBM ayant subi une caractérisation rigoureuse, les relations structure-activité de ces matériaux pourront se révéler. En effet, il est important de passer d'une toxicologie descriptive à une toxicologie prédictive. (...) Le Centre commun de recherche (CCR) de la Commission européenne a récemment publié un examen de l'état actuel des méthodes informatiques potentiellement utiles pour prédire les propriétés des nanomatériaux manufacturés. Les auteurs ont identifié plusieurs problèmes qui entravent le développement, l'adoption et l'utilisation de ces modèles, notamment les méthodes de caractérisation physicochimique et des dangers, le partage et l'accessibilité des données, l'applicabilité réglementaire des modèles, etc. (...) En 2017, la Commission européenne a publié huit rapports NanoData Landscape Compilation (voir https://publications.europa.eu/en/). Ces rapports offrent un aperçu de l'environnement des nanotechnologies dans différents domaines d'application. Dans le rapport sur la "santé", les GBM sont à peine mentionnés, alors que dans le rapport sur l'"environnement", les auteurs ont déclaré que "sur la base des rares preuves disponibles, il ne peut être exclu que certaines formes de graphène seront un agent toxique aussi puissant que les nanotubes de carbone". Cette déclaration soulève le spectre de propriétés similaires à l'amiante des nanotubes de carbone, mais selon un rapport récent publié par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), seuls certains types de nanotubes de carbone rigides et multiparois peuvent être classés comme potentiellement cancérigènes pour l'homme. De plus, comme nous l'avons longuement discuté dans la présente revue, les GBM ne peuvent être regroupés en un seul matériau. En effet, les GBM diffèrent en fonction de trois paramètres clés : le nombre de couches de graphène, les dimensions latérales moyennes et le rapport atomique carbone/oxygène. De plus, les GBM peuvent être fonctionnalisés d'une multitude de façons différentes, modifiant ainsi leurs propriétés et, selon toute probabilité, leur comportement biologique. Le fait que le GO et le FLG puissent être digérés par les cellules du système immunitaire implique que ces matériaux ne sont pas nécessairement biopersistants. Notamment, les recherches menées dans le cadre du programme phare sur le graphène et par d'autres chercheurs au cours des dernières années ont montré que le potentiel de danger des différents membres de la famille des GBM peut varier considérablement, et il n'est pas valable d'affirmer que tous les GBM sont aussi dangereux que les nanotubes de carbone, ni que tous les nanotubes de carbone sont dangereux. En fait, le diable se cache dans les détails, et une caractérisation minutieuse des propriétés des matériaux est d'une importance capitale. En outre, il est tout aussi important que les propriétés des matériaux soient rapportées intégralement dans les articles traitant de l'évaluation de l'(éco)toxicité des GBM. (...) En conclusion, le battage médiatique qui accompagne inévitablement les avancées technologiques devrait être tempéré par une évaluation solide et scientifique de l'impact potentiel sur la santé humaine et l'environnement afin de garantir un développement sûr et durable des nouveaux produits et applications. La présente étude de la littérature peut peut-être servir de première étape vers une collecte systématique de données sur la sécurité ou la biocompatibilité des GBM. "

=> https://pubs.acs.org/doi/10.1021/acsnano.8b04758

***

DES MILLIONS DE MASQUES FFP2 POTENTIELLEMENT DANGEREUX RAPPELÉS PAR SPF (PRESSE)

" PARIS, 2 juin 2021 (APMnews) - Santé publique France (SPF) a, selon un article de Médiapart publié lundi, décidé de rappeler près de 17 millions de masques FFP2 au graphène distribués aux établissements de santé et médico-sociaux depuis avril 2020, au motif qu'ils sont suspectés d'être toxiques pour la santé humaine.

"Dans l'attente de l'évaluation de l'éventuel risque lié à la présence de graphène dans ces masques", SPF demande, dans son alerte mise en ligne le 25 mai sur le site l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), aux établissements de santé et médico-sociaux de ne plus utiliser les masques FFP2 au graphène, labellisés "Biomass Graphene", achetés en avril 2020 au fabricant chinois Shandong Shengquan New Materials (modèles SNN200647, SNN70369B et SNN70370B).

(...)

Le graphène, feuillet d’une seule épaisseur d’atomes de carbone organisés en nids d’abeilles, est un nanomatériau léger et ultrarésistant qui aurait des propriétés antivirales le classant dans la catégorie des biocides.

(...)

Depuis, l’Agence européenne des produits chimiques a "été sollicitée par des États membres et la Commission européenne en vue de l’obtention d’une analyse de risques. L’évaluation est en cours", précise le courrier de l’ARS, toujours selon Mediapart.

Contactée par Mediapart, l'agence Santé publique France explique que la commande de ces masques biocides au graphène réalisée en avril 2020, a été faite avec "un avis favorable" de l’ANSM délivré "sur les produits reçus". Pourtant, "dans le rapport de test ainsi que dans la notice" du fabricant, "la mention de 'Biomass Graphène'" apparaissait bien, reconnaît SPF. Mais il semble que cette mention ait échappé aux autorités. "Cette mention aurait pu sans doute nous apparaître plus évidente à SPF et à l’ANSM s’il avait été fait mention d’une revendication d’une activité biocide", avoue SPF. "

=> https://www.sfmu.org/fr/actualites/actualites-de-l-urgences/des-millions-de-masques-ffp2-potentiellement-dangereux-rappeles-par-spf-presse-/new_id/67439

Note de l'ANSM du 31 mai 2021 " Action de sécurité de Santé publique France : Masques FFP2 « Particle filtering half mask » labellisés « Biomass Graphène », Shandong Shengquan New Materials" => https://ansm.sante.fr/informations-de-securite/action-de-securite-de-sante-publique-france-masques-ffp2-particle-filtering-half-mask-labellises-biomass-graphene-shandong-shengquan-new-materials 

×