Créer un site internet

Traitement précoce de la Covid-19 (avant J5)

" (...) la COVID-19 se traite, à condition de soigner précocement, moins de 5 jours après l'apparition des symptômes. J'ai déjà partagé la liste des publications qui montrent cela (https://c19early.com/) mais lisez au moins les méta-analyses portant sur l'efficacité de l'ivermectine, par Kory et al (2021)Hill (2021), et Bryant et al (2021), et cette parution récente (Cadegiani et al 2021), à propos du « protocole Raoult » de l'IHU de Marseille et d'autres traitements utilisant l'antibiotique azithromycine. Elle confirme ce que l'on sait depuis plus d'un an. Si on traite la COVID-19 dès l'apparition des symptômes, on ne va pas à l'hôpital et on ne meurt pas, sauf si on est très âgé et/ou qu'on a des comorbidités. Et on développe rarement les symptômes dit “COVID long”. La COVID devient alors une maladie bénigne, pas plus grave qu'une grippe. Cela n'est pas une négation de l'existence de victimes. C'est simplement la reconnaissance que les victimes s'expliquent par le fait que la maladie est nouvelle et qu'on a empêché les médecins de faire leur travail en essayant diverses approches pour la traiter, sur la base de leurs connaissance médicales et des recherches préliminaires réalisées en Chine dès février 2020 (Chen et al 2020Gao et al 2020), puis en France et partout dans le monde. Ce que je dis ici n'est pas mon opinion. Il s'agit de faits énoncés par les scientifiques et les médecins qui ont traité des patients COVID en ambulatoire, que chacun peut tenter de réfuter, et que personne n'a pourtant réfutés. Ce que l'on observe depuis plus d'un an, dans les médias et au sein des comités d'experts, c'est le déni de ces faits (Pollini 2020). C'est une inquisition qui cloue au pilori, sans référence crédible, les médecins et chercheurs qui avancent ces conclusions. Les études qui soit-disant réfutent ces faits sont réalisées sur des patients hospitalisés et ayant des symptômes COVID depuis plus de 5 jours, ce qui les rend hors sujet s'il s'agit d'évaluer les traitements précoces, ou sur des effectif réduits de patients jeunes et en bonne santé, ce qui les rend inaptes à détecter un effet significatif, sauf quand on les agrège en faisant des méta-analyses. Garcia-Albéniz et al (2020) et Ladapo et al (2020) ont fait de telles méta-analyses, montrant ainsi des effets positifs significatifs à partir d'études concluant qu'il n'y a pas d'effet. On observe également des fraudes, au moins dans le cas de l'article de Mehra et al (2020) publié par The Lancet. Vous pouvez vérifier tout cela par vous même, en lisant les articles plutôt que les écrits de ceux qui les invoquent pour justifier leur vision ou leur agenda. "

 

Jacques Pollini, PhD, anthropologue chercheur => https://www.researchgate.net/profile/Jacques-Pollini

Qui s'est exprimé le 13 juillet en tribune libre sur Agora Vox => https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/lettre-ouverte-a-mes-amis-et-ma-234318